ERR0R

Triptyque Abysses

Triptyque Abysses
Le texte à pirater.
L'anticahier à brûler.

Notre image
Est une stridence,
Est une révolte,
Est une langue
Qui se glisse en la prise,
L’électrique, en prise d’irréel,
S’en prend, s’éprend de l’image,
S’y déprend d’amour, de fol amour,
Ses surfaces d’œil,
Vingt-quatre fois, et se précipite,
Précipices de langue
Vers la flamme des représentations.
Prisme sur consumations.
Elle épingle la nuit du papillon,
Place sa collection d’imagos sur le brasero.
Rêve : naphtalène et palmitate.
Incandescence des sous-peuples.
Quartz pour lumière,
Phalènes pour cerbères,
Pour impermanence, pour soulèvement.
Mue imaginale. Déracine. Sans-racines.
Insinue l’insane, sinue de sens,
Aux creux des évaporations universelles,
Elle, l’offrande,
Elle, l’iconoclasme,
Elle, l’internationale des regards obliques,
Et le signifié qui baise le front du signifiant
Avant d’y placer l’arme,
D’y tracer la lueur.

*

M’arrachent l’œil, l’heure et
L’or des lèvres
S’y écoulent d’œil, d’heure et
D’or jusqu’à l’onde les lames
Soulèvent le parcours parmi mes
Souterrains, ma sous-terre qui s’y
Écroule

M’arrachent la voix, le ventre et
La vêpre d’emmurée
S’y écoulent de voix, de ventre et
De vêpre jusqu’à la seconde les pavés
Soulèvent ma division sur le
Septième de leur souffle, le soufre qui s’y
Soulève

M’arrachent l’aile, l’air et
La nervure d’écume
S’y écoulent d’aile, d’air et
De nervure jusqu’à la muraille les guerres
Soulèvent ma charité d’armes mais
J’habite le faisil, encore le château, l’unique rage qui s’y
Sépare

*

Balade meurtre
Sa chaleur épaisse
Presse enserre l’émiette
Dêmos démocratie
Crime ou criminelle
Asile alyssum
Lobularia maritima
Globularia naufragia
L’odeur du miel
Azazel
Et l’azuré macchabée
Sphères transferts
Frontières d’eau
Léviathan lévitique
Qui s’éboule
C’est l’ébullition d’être
L’étrangère est la noyée
L’être la noyade la Llorona
L’escarpe sur
Sous faussée
Sous phocéenne
Terrienne des sources
Terre rien
D’identitaire rien
D’identique sang
Charogne chers fétus
Les mers et les tourismes
Armes larmes noires
Sur d’os fragiles
Fractures
Contre civilisation
Expiation contre
Ce petit bruit de l’heure
Le cliquetis et les abysses