ERR0R

Bloc noir

Bloc noir
Le texte à pirater.
L'anticahier à brûler.

cri crisse crasse crame cramer l’aiguille crap kein kraft kaufkraft l’arbeit qui t’agrafe les cafards à la cramoisir moisir pour rien y renfiler ses heures jusqu’à la siffle sifflement de con contre contre-les-maîtres con-de-maître qui te siffle la gueule à la gueule la pause à la pause la clope l’avale la cendre came cafte que dalle quoi caoua qui passe ou passe la minute cinq et la minute qui t’envoie la seconde en gueule t’écrase la clope sur la gueule l’avale ta gueule sa clope con-de-maître contre ça se paque en retour hauts les fourneaux très haut l’arbeit le maître le macht et freiheit hype des gauches sans l’ouvrière verbe frit des gauches ça se gomme la mémoire ça se rêve le rêve la dégomme des gueules contre-les-maîtres contre-les-syndics syndicats et leur laisse qui te l’enfile jusqu’à la muselière la muselle la muse la viole la muse violée des longes longues longueurs des laisses syndicales mais la laisse ça serre s’enserre ça se sert à l’échafaud l’échafaudage des échappées du travail du chômage des sublinguales subliminales les feuilles qui filtrent le jour l’été l’être et les sets des mixtures qui s’y joigne à l’ouvrière sans gauche sans l’embauche la vieille d’espoir viol violé l’ouvrier l’ouvrière vieille des féminismes de bourg s’embourrent que dalle de la vieille l’ouvrière sa province en berne ses mœurs ses meurtres à soi l’arme y retourner sa gueule avec l’extrême la droite les gueules qui s’échauffent s’y déchausse la chaussée des provinces la plainte l’ouvrière la résine s’y résigne à la gueule la clope qui s’y écrase de pause en passe la prochaine propose proposition l’emploi la mine minable en amorce des échafauds échafaudage l’échappée et l’arme qui clique sur la gueule l’abîmée l’abîme l’arme ou la clique clique la gueule que dalle la balle l’arme et la province qui effile son silence loin des bourgs des bordels de ville avec des gauches des parlementaires gauches et gauche qui s’en enfile à l’ombre d’échafauds d’échafaudage d’échappée ou pend s’épand les tripes des provinces de l’ouvrière à la gueule crame cramée sans cris la crasse la corde ou le linge le linge pour corde pour linceul les provinces dans la chambre fusil fusible fermé sans graine casse la grenaille sans mitre mitraille à casser la graine ou l’échafaud seul à soi contre la veine la déveine dérive la frappe la dernière d’envol l’envolée

*

nous sommes la nuit qui s’injecte intra sous veine s’entre s’attarde intraveine l’intraveineuse nuit dans la masse des slogans et des sommeils notre nuit qui s’y pique noire nuit qui s’y pare en marge d’artères l’infiltration est pavée sous pavés la hess des premières lueurs sous pavés nos peaux plus sombres que la nuit qui s’avance à l’encontre de nos masques nos mascarades et des ombres vite s’évitent évitent l’interpellation des gens d’armes gens de bien aux matraques qui sinuent entre nos figures évaporées sous pavés et sous masques l’être masqué n’a plus que l’œil à jeter en amont des manifestations du pouvoir ses faisceaux s’attardent sur les rondeurs la cornée du rêve divisé d’essaim commun commune l’essaim forme la commune des lamentations aux ciels nuit les ciels des extinctions extinction de nos regards extinction des sirènes sous masques la mascarade remonte à l’envers de l’œil qui s’en retourne sans retour à l’encontre des nos masques nos mascarades qui divise l’être en miettes d’être émiette l’être pour que constellent s’emmènent s’emmêlent les miettes l’onde des communes grimaces d’ombres ou d’onde les masques mascarades font le carnaval écrase saturne sur la dorure l’avoir sans être des pouvoirs

*

attendu que mon ébullition aux mille yeux se propage sous mes pattes je gratte la terre y enfouis l’aqueux l’aquatique de mes temps tente tentacule l’unique huitième des implants implanter je suis la tante ils le disent avec leur accent d’amphibien K triple l’amphibie contre la gouine mais moi mets mon fist tente tentacule en cul des becs pioches piégées d’octopieuvres d’octocrise dévore dévoration serine d’octophylle adoration sous-marine cuite de rage ou de mon ébullition aux mille yeux partout coquelicots sur brûle brûlure je dévoue dévote vote sur brûlis ne pas voter sur voter sous mais vocifère contre vote vomis les coquelicots sur l’écorchure les bleus comme klansmen klandé klampe l’artère bitume ou bitume les bleus bleusailles ou voltes survoltent contre et contre-révolte contre-révolution contre le klan qui voltigent voltigeurs à terre sous coquelicots sur couperose d’en bas sociale la couperose sociale que dalle sous dalle béton banlieue d’extrême nord que j’ai les mains pleines de poisse nasse la poix d’œsophage à l’égout plein la haine le rêve ou la poisse j’avance les mains pleines de rêves poings serrés sur teille tesson tessitures aveugles téci ter-ter dernière et claque de flamme aux devantures sans banque débande de matraque débandade meute meuve s’émeuve de poisse ou de rêve un poing qui se ferme sur négation sous dialyse dialectique des chiens contre négation des armes l’extinction des feux et feu contre gueule sans quartier ter-ter dernière gueule des quartiers